BIOGRAPHIE

Né à Toulouse, Cyril Orcel étudie le piano dès l’age de 7ans. A 14 ans il commencera l’étude des percussions qu’il poursuivra jusqu’au 1er Prix dans la classe de George Elie Octors au conservatoire Royal de Musique Bruxelles. Passionné par les cours d'analyse musicale donnés par Frédéric Van Rossum, autant que par l'étude de l'harmonie et du contre point, il se tournera très vite vers la composition musicale et l'étude de l'écriture classique et romantique.  

 

Parallèlement à ses études classiques, il s'implique dans les musiques urbaines et joue dans des groupes Funk/Rock. A ce titre, il revendiquera toujours être aussi "un enfant de la Pop".

Plus tard, grâce à son expérience de compositeur de musique symphonique, il sera sollicité tant en France qu’à l’étranger pour composer des musiques de films de fictions, de documentaires et parfois même de films publicitaires comme celle de la campagne mondiale du parfum : « MIRACLE de Lancôme »  enregistrée avec l’orchestre Philharmonique de Prague. C’est aussi  à travers ce travail musical pour le 7ème art, qu’il se familiarisera avec les nouvelles techniques de l’informatique musical permettant de joindre les énergies de la musique  actuelle aux émotions de la grande musique symphonique que l’on retrouve dans les œuvres de Brahms, Scriabine, Prokofiev ou Debussy.

Son 1er concerto pour Piano et orchestre fut créer au Palais des Beaux Arts de Bruxelles devant une salle comble et enthousiaste. Le soliste Laurent Wagschal, venu de Paris pour interpréter l’œuvre se déclarait ravi de pouvoir défendre cette musique qu’il considère comme novatrice, originale et poétique à la fois. Il s’agit d’une musique évanescente et colorée qui traverse une quantité importante de couleurs harmoniques et rythmiques par une sorte de « morphing » sonore. L’auditeur se trouve transporter dans des mondes musicaux différents sans jamais sentir la moindre transition. Le 2ème concerto, plus puissant et plus marqué, se différencie du premier par le fait qu’il propose une thématique récurrente. Le choix d’un thème précis que le public reconnaîtra tout au long du premier et troisième mouvement permettra de suivre les multiples modulations par son procédé de « morphing sonore » . L’ensemble du concerto faisant références à des rythmiques modernes comme à des harmonies Jazz ou impressionnistes.

© 2016 ARPEGIA MUSIC